PNSADR-IM : Aux côtés des petits producteurs ruraux

Le PNSADR-IM a amélioré la vie des petits producteurs ruraux (les jeunes, les femmes, les peuples autochtones et les vulnérables), leurs visages rayonnent. Financé par le Fonds International de Développement Agricole (FIDA), du GAFSP et de l’OFID, le Programme National pour la Sécurité Alimentaire et le Développement Rural de l’Imbo et du Moso (PNSADR-IM) est à l’œuvre dans la région de l’Imbo. Une superficie de 808 ha sur le périmètre de Rukaramu a été réhabilitée par le PNSADR-IM et cela a permis l’accroissement considérable de la production et les conditions de vie des bénéficiaires sont améliorées.

Le périmètre de Rukaramu se situe à Mutimbuzi dans la province de Bujumbura. Une superficie de 808 ha réhabilitée a favorisé les riziculteurs dans l’augmentation de la production rizicole tout en appliquant le Système de Riziculture Intensif (SRI). Le SRI a permis de gagner en temps et en moyens par rapport à la pratique traditionnelle. C’est une méthode mieux adaptée pour aider les riziculteurs à rompre avec la pratique traditionnelle. Le SRI donne aux agriculteurs une bonne production sans engager beaucoup d’intrants notamment les semences. Avec le SRI là où ils utilisaient 100kg de semences de riz, ils n’utilisent que 20kg.

En effet, ceux qui ont appliqué scrupuleusement la technique et la variété recommandée ont multiplié par deux la quantité de riz initialement récoltée sur les mêmes parcelles avant l’intervention du PNSADR-IM. Il fallait cet écart de la production pour convaincre ceux qui n’y croyaient pas encore. Le SRI demande beaucoup plus d’effort et de discipline. L’adoption du SRI n’était pas facile pour les anciens riziculteurs qui faisaient pousser une sorte de riz sauvage qui grandissait dans des espaces inondés sans besoins de sarclages répétitives, d’engrais ou de fumure organique.

« Nous ne reculerons jamais »

Nkundwanayo Ignace, cultivateur de riz dans la commune Mutimbuzi, zone Rukaramu témoigne sa gratitude envers le PNSADR-IM : « Mon champ d’exploitation est de 34,5 ares. Auparavant la production n’était pas satisfaisante, on y cultivait pêle-mêle et la pauvreté s’était invitée dans nos ménages. Il m’était difficile de subvenir aux besoins de ma famille. Là où je cultivais 50kg voire même 70kg de semences je récoltais 28 sacs mais actuellement, grâce aux formations et l’encadrement assurés par le PNSADR-IM, avec 12 kg je viens de récolter 45 sacs qui équivalent à 4,5 tonnes de riz. Aujourd’hui la production a augmenté, je subviens aux besoins de ma famille. Nous n’avons plus de problèmes d’eaux. On nous a aidé à tracer des canaux d’irrigation et des routes pour faciliter l’accès aux champs et le transport des récoltes vers le hangar de stockage. Nous remercions vivement le PNSADR-IM et ACORD pour leur soutien. »

 Dieudonné Cimpaye, âgé de 44 ans, père de 9 enfants, est cultivateur de riz dans la commune Mutimbuzi. Il se réjouit aussi de l’intervention du PNSADR-IM :« Avant le projet, il n’y avait pas de formation, on cultivait pêle-mêle pourvu que les champs soient remplis de cultures. La production était mauvaise. Le PNSADR-IM est venu au bon moment. Actuellement, les routes sont bien tracées, le transport de la récolte est plus facile, les canaux d’irrigation sont tracés et les barrages sont aménagés.

Nous avons fait des formations sur le Système de Riziculture Intensif (SRI), nous n’avons pas tardé à mettre en pratique ce qu’on nous a appris, nous avons été bien encadrés. Le PNSADR-IM nous a donné 25 kg de semences de riz chacun. Sur un hectare, je cultivais 100 kg et je récoltais 4 tonnes mais avec 25 kg/ha, j’ai récolté 7 tonnes et 500 kg de riz. La production a été très bonne et nous remercions le PNSADR-IM et ACORD pour les formations et le suivi, et même si le projet prenait fin, nous continuerons à travailler car nous sommes bien instruits, nous ne reculerons jamais. »

Du riz et des pistes

Alfred Mayeye, président de la coopérative rizicole de Kigwati, composée de 1360 membres dont 404 femmes, témoigne des appuis du PNSADR-IM :

 « Nous réitérons nos remerciements au PNSADR-IM qui n’a pas cessé de nous soutenir dès le début jusqu’aujourd’hui. Notre coopérative a commencé en 1996. Nous cultivions pêle-mêle, nous ne savions rien sur les bonnes pratiques de cultures. Nous avons reçu des formations sur le SRI, et puis nous avons commencé à cultiver le riz. On nous a donné 25 kg par hectare et à la récolte nous avons été tous surpris de la production. Par exemple, chez moi j’ai récolté 8 tonnes et 200 kg avec les 25 kg de semences.  De plus, le PNSADR-IM a tracé des pistes de desserte dans notre zone et cela nous a permis de transporter la récolte vers le hangar sans aucun problème. Avant nous étions obligés de payer 1000 Fbu par sac alors que ce hangar n’est pas très éloigné des champs de riz, mais aujourd’hui c’est 500 Fbu seulement ».

 

Le PNSADR-IM vise à renforcer la sécurité alimentaire et le développement rural dans les régions naturelles de l’Imbo et du Moso. Démarré en 2015 pour une durée de six ans, le PNSADR-IM est mis en œuvre dans les plaines des provinces de Bubanza, Bujumbura et Cibitoke pour la région de l’Imbo et dans les dépressions des provinces Rutana et Ruyigi dans la région du Moso.