Les Réalisations du PNSADR- IM dans le volet élevage

Un cheptel non négligeable de bovins et de porcins pour vaincre la pauvreté au sein des ménages ruraux  

 

Dans  le cadre  d’améliorer  les conditions de vie des ménages de la région de l’Imbo, le Programme  National pour la sécurité Alimentaire et le Développement Rural de l’Imbo et du Moso (PNSADRIM ) financé par le FIDA a appuyé ,en élevage ,la  population des communes Rugombo ,Buganda, Gitanga ,Mpanda  et Mutimbuzi  .Les bénéficiaires de ce  projet  affirment la pérennisation des acquis avec l’achèvement des activités du projet   .

Pour  Bimenyimana Alain Villard, Expert en élevage au PNSADR- IM ,le programme  a  distribué  beaucoup de  bovins  dans la région de l’ Imbo dans le cadre  de l’augmentation de la  production laitière  .Aujourd’hui, 1050 bovins laitiers ont  été  distribués dans 5  communes couvertes par le programme à savoir Rugombo ,Buganda,Gitanga ,Mpanda et Mutimbuzi  .

« Dans  la commune Rugombo a été distribué 280 bovins et  on y comptabilise  actuellement 1702 bovins dans  les exploitations des bénéficiaires »,a fait savoir Bimenyimana .Ces distributions  ont  été réalisées  dans le cadre du  renforcement de la chaine de solidarité communautaire .Après  les 1050 ménages  bénéficiaires ,il  y ‘a 408 nouveaux  ménages  qui se sont  ajoutés et qui ont  bénéficié  des veaux nés de cette première diffusion .

Et  de préciser qu’aujourd’hui, 780 porcins ont été distribués dans la région de l’Imbo. On comptabilise 2580 porcins distribués  dans les ménages bénéficiaires  et 1500 déjà vendus pour des  besoins  familiaux divers. Dans ce cadre, les porcins ont été distribués dans la chaine de solidarité communautaire  ainsi  plus de 700 nouveaux bénéficiaires de porcins sont déjà enregistrés.

Selon  l’expert  en  élevage  dans la région de l’Imbo, le programme  a  aussi appuyé  des pisciculteurs en leur donnant des espèces de poisson comme le tilapia ,des formations et  le projet est entrain de mettre en place un village aquacole moderne intégré dans le site de Mugerero en commune Gihanga .

En plus  de ces formations, 32 agents communautaires de santé animale ont été mobilisés pour le suivi de proximité sur les 32  collines .Ces ACSA sont actifs et  ont reçu des kits pour qu’ils puissent assurer le suivi de la santé des animaux distribués par le programme.

En plus de ces bovins, le PNSADR- IM a un accord de partenariat avec le centre national d’insémination artificielle et l’appuie dans la disponibilisation des semences animales améliorées et la formation des inséminateurs pour que les ménages qui n’ont pas reçu de bovins de race améliorée puissent bénéficier des veaux de race améliorée issus de l’insémination artificielle.

 

Les impacts positifs sont remarquables

La production du lait et les conditions de vie se sont nettement améliorées par la distribution des bovins et le centre national d’insémination artificielle a amélioré ses services grâce à l’appui du PNSADR-IM.

Gaudence Niyungeko , éleveur de la colline Kizina de la commune  Mpanda raconte comment  elle  a  eu une vache qui va bientôt mettre bas« Je n’ imaginais  pas avoir  un jour  une vache  de  race  améliorée  puisque  la  situation économique ne me le permettait pas . Grâce à Dieu, le PNSADR- IM est venu et m’a octroyé une vache   , ce qui a  changé  ma vie », se réjouit-t-elle. Elle parvient à traire 10 litres par jour qu’elle vend à 700 FBu le litre.

Avant   l’arrivée  du PNSADR- IM, la production agricole  était  insignifiante faute du fumier pour fertiliser la terre mais la récolte est actuellement  bonne  .Et de faire savoir qu’elle a même réalisé quelques  travaux de réhabilitation de sa maison et assure la scolarité de ses deux filles toujours au banc de l’école sans aucun difficulté. Elle fait savoir qu’elle a été formée suffisamment  pour mieux entretenir sa vache.      

Idem pour Jean Paul Sabimana, éleveur rencontré à la colline Mparambo de la commune Rugombo. Il a  dit qu’ il pratiquait  déjà l’élevage de bovins de race locale mais que la production laitière n’était pas aussi consistante qu’aujourd’hui .Il remercie le PNSADR- IM qui appuie le programme d’insémination artificielle .Avant le PNSADR- IM, une vache ne  donnait que 8 litres de lait  par  jour et aujourd’hui ,elle peut produire jusqu’ à 20 litres de lait par jour et en plus ,le programme  a renforcé mes connaissances  sur l’ élevage pour une bonne production laitière.

 

Les porcins aussi ont été distribués

Pour les ménages assez vulnérables c’est-à-dire qui n’avaient pas de moyens et des terres arables pour pouvoir élever une vache, le programme leur a octroyé des porcins.

 Ntahonvukiye Beatrice, divorcée et mère d’un enfant, rencontré à la colline muyange de la commune Mutimbuzi , a reçu un porcin alors qu’elle était dans une impasse totale comme elle en témoigne . « Grâce à ce porcin, ma vie a carrément changé car il a mis bas et j’ai pu donner 3 de ses porcelets dans  la chaine de solidarité communautaire, j’en ai vendu 4 et  je reste  avec 7 porcins », a-t-elle raconté. Avec  l’argent  reçu de la vente des 3 porcins, elle a acheté un demi-hectare de terre où elle cultive du riz  et elle affirme avoir augmenté sa production grâce au fumier produit  par ses porcins. 

 

Qu’en est-il de l’après-projet ?

Bien que le PNSADR- IM assure le suivi à proximité des bétails qu’il a distribué, il a mis en place un mécanisme de formation et encadrement  qui va  permettre la pérennisation des acquis du programme même après la clôture de ses activités.

Pour Ezéchiel Ndereyimana, un des membres du champ école élevage, cette école composée de 42 membres, elle est venue renforcer plus l’éleveur bénéficiaire du PNSADR- IM pour la bonne pérennisation de l’élevage. Il a souligné que le changement remarquable s’est opéré dans leur vie depuis l’avènement du PNSADR -IM. Ce champ école élevage a permis de connaitre les technique d’entretien du bétail, le soin sanitaire ,l’ alimentation appropriée et adaptée pour une meilleure production laitière .Pour Ndereyimana: « Le programme nous a donné une somme de 1.800.000 francs burundais  qui a permis d’ouvrir une boutique des aliments pour bétail ».

Selon Jean Baptiste Sibomana qui a été  choisi et formé comme agent communautaire de santé animale sur  la colline assure  le suivi  gratuit de la santé des bovins et porcins distribués par le PNSADR-IM. Il a indiqué que pour  les non bénéficiaires de la localité, le service est  payant. L’argent qu’il gagne lui a permis d’ouvrir une pharmacie vétérinaire et  de  construire  une maison moderne. Et de tranquilliser que grâce aux différentes formations sur les techniques vétérinaires, il  croit à un avenir meilleur dans  ce métier et  par conséquent un bon suivi du bétail de sa colline.

Cela est affirmé par Bimenyimana Alain Villard, Expert en élevage à  l’unité de facilitation et coordination régionale-Ouest du PNSADR- IM » « Les  bénéficiaires du programme  ont  été préparés et formés sur  l’élevage moderne, le suivi sanitaire pour que les bovins puissent leur donner une production laitière suffisante  pour le  développement économique de leurs ménages et assurer une pérennisation et durabilité des acquis du programme.